Des questions ? Besoin d'aide ? Contactez-nous au 06 47 75 27 92 ou par e-mail sur manue.meot@wordpress.agri-echange.org

Autonomie alimentaire des élevages

Facebook
Twitter
LinkedIn

Introduction

L’autonomie alimentaire (AA) des élevages est un concept de plus en plus pertinent dans le monde agricole. La capacité de produire une proportion significative de nourriture destinée aux animaux sur l’exploitation même présente de nombreux avantages. Dans cet article, nous explorerons la définition de l’AA, les enjeux qui y sont associés, et le rôle innovant d’Agri-Echange dans la facilitation de cette transition.

Définition de l’Autonomie Alimentaire

L’AA peut être distinguée en plusieurs catégories:

  1. Autonomie alimentaire massique: Mesure en kg de matière sèche pour les fourrages et en kg de matière brute pour les concentrés.
  2. Autonomie alimentaire énergétique: Expression en UF (Unité Fourragère) pour mesurer l’énergie des aliments destinés au bétail.
  3. Autonomie alimentaire protéique: Quantification en kg de MAT (Matière Azotée Totale) pour évaluer les protéines des aliments pour le bétail.

Enjeux de l’Autonomie Alimentaire

La transition vers l’AA est motivée par divers enjeux:

  • Maîtrise des coûts de production: Réduire les dépenses en nourriture importée peut améliorer la rentabilité économique.
  • Diminution de la vulnérabilité et dépendance: Moins dépendre de facteurs extérieurs tels que la sécheresse ou la flambée des prix.
  • Changement de système: La conversion en agriculture biologique pousse vers plus d’autonomie.
  • Approche à l’échelle d’un territoire: L’AA contribue à l’autonomie des élevages implantés dans une zone géographique.

Le rôle d’Agri-Echange

Agri-Echange joue un rôle essentiel dans la promotion de l’autonomie alimentaire, tant pour l’autonomie fourragère que protéique:

Autonomie Fourragère

  • Insertion de légumineuses: Contribue à l’amélioration de l’autonomie grâce à des plantes résistantes comme la luzerne.
  • Mise à disposition de matériel: Permet d’assurer la qualité et la quantité des fourrages.
  • Bande enherbée: Les éleveurs peuvent augmenter leur autonomie grâce à l’entraide en pâturant ces bandes.
  • Couverts végétaux et céréales: Offre des économies de mécanisation et une source supplémentaire de fourrage.

Autonomie Protéique

  • Légumineuses: Réduisent l’utilisation d’azote synthétique et sont riches en protéines.
  • Méteils grain: Plus résistant face aux aléas climatiques.
  • Résidus riches en protéine: Les tourteaux, riches en protéines, sont bénéfiques pour les éleveurs.

Agri-Echange facilite également l’échange de matériel, de semences et de savoir-faire, contribuant ainsi à la création de fermes poly-cultures élevages.

Conclusion

L’autonomie alimentaire des élevages est une tendance en pleine croissance qui a le potentiel de transformer l’agriculture moderne. En réduisant la dépendance aux ressources extérieures et en promouvant une utilisation plus efficace des ressources locales, l’AA peut mener à une agriculture plus résiliente, rentable, et respectueuse de l’environnement. La plateforme Agri-Echange, en fournissant les outils et le réseau nécessaires, est un partenaire vital dans cette transition. Pour ceux qui cherchent à augmenter leur autonomie alimentaire dans l’élevage, Agri-Echange offre une solution innovante et efficace.

Voir d'autres articles ⤵

L’agroforesterie

Qu’est-ce que l’agroforesterie ? L’agroforesterie associe au sein d’une même parcelle des pratiques de productions sylvicoles (sous différentes formes : haies, arbres, bosquets) et de

Lire l'article »